La jeunesse d’aujourd’hui est-elle meilleure ou pire que celle d’autrefois ? En tout cas elle n’est pas plus heureuse. L’avenir est menaçant, pour ne parler que du chômage ou des dangers de l’énergie nucléaire: l’insécurité met son empreinte sur la nouvelle génération. Beaucoup réagissent par une plus grande insouciance, par des dérivatifs désastreux pour la santé et l’équilibre moral, ou en se tournant vers des sectes extravagantes et des philosophies trompeuses.

Souvent généreux et spontané, le jeune étouffe dans un cadre qu’il trouve embourgeoisé et hypocrite. Le monde que ses aînés lui lèguent, il le trouve égoïste, contraignant, plein de préjugés. Et nous ne pouvons pas lui donner tort. C’est un système dans lequel il est entré malgré lui, auquel il faudra bien qu’il s’adapte, faute de pouvoir le modifier. Car la pire illusion serait de croire qu’on peut rénover le monde collectivement et de l’extérieur, sans une profonde transformation intérieure et préalable de chacun.

des contestations

Jeunes du début de ce 21ème siècle, nous cherchons le dialogue avec vous; nous essayons de comprendre vos besoins...

Besoins de certitudes ? Mais au nom de la Vérité tant de voix se font entendrent. Laquelle écouter ? Qui a raison ?

Besoin d’idéal et d’action ? Mais quelle grande cause mérite de mobiliser votre énergie ? Besoin d’être compris, d’être aimé ? Et justement chacun vit pour soi. Déceptions sentimentales, instabilité dans les unions, s’achevant en séparations, en divorces, ou même en suicides. Besoin de paix intérieure ? Chacun de vous ressent en lui-même, comme un indiscutable malaise, un conflit entre le bien et le mal. À défaut d’être satisfaits de vos contemporains, vous voudriez au moins ne pas être mécontents de vous. Et voilà qu’une voix gênante -votre conscience - vous rappelle à tout propos que vos motifs et vos actes ne sont pas purs, que vous aussi vous êtes égoïstes, jaloux, vaniteux, irritables, bref, que vous n’êtes pas meilleurs que les autres. Besoin d’aimer, d’admirer quelqu’un ? Mais qui en est digne ? Des «maîtres à penser», des dictateurs ont parfois hypnotisé la jeunesse, puis l’ont sacrifiée pour leur propre gloire.

une solution

Tout ce que vous dites est vrai, allez-vous répondre. Mais qu’est-ce que vous nous proposez ? Vous comprenez peut-être nos problèmes, mais êtes-vous, plus que nous, capables de les résoudre?

Eh bien, nous sommes nombreux, et de tout âge, à connaître QUELQU’UN qui les a résolus pour nous, qui veut les résoudre pour vous. Les besoins dont nous venons de faire ensemble le bilan tristement déficitaire doivent nous conduire à Celui qui seul peut les satisfaire: JÉSUS, le Fils de Dieu. Lui est la grande et la seule réponse aux besoins de notre conscience et de notre coeur. Et quelle magnifique réponse! Chacun de nous peut rendre ce témoignage:

La vérité, c’est en Lui que je la trouve. Dans la Bible, révélation de Dieu, j’entends Jésus déclarer: «Moi, je suis le chemin, et la vérité, et la vie; nul ne vient au Père que par moi» (Év. selon Jean chap14 v.6).

La paix avec Dieu ? Nous l’avons par notre Seigneur Jésus Christ (Ep . aux Romains chap. 5 v. 1). C’est Lui qui l’a faite en mourant pour nous sur la croix et c’est Lui qui la donne: «Car c’est lui qui est notre paix... et il est venu et a annoncé la bonne nouvelle de la paix à vous qui étiez loin» (Ép. aux Éphésiens, chap. 2 v. 14 et 17). À ses disciples en les quittant il dit : «Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix; je ne vous donne pas, moi, comme le monde donne. Que votre coeur ne soit pas troublé ni craintif» (Év. selon Jean, chap. 14 v. 27).

L’amour véritable ? Je ne le trouve qu’en Jésus Christ: quelqu’un qui me connaît à fond et qui m’aime quand même, quelqu’un dont jamais je n’épuiserai ni le pardon ni la patience, quelqu’un qui mérite donc ma totale confiance. «Nous, nous l’aimons parce que lui nous a aimés le premier» (1ère Ép. de Jean, chap. 4 v. 19).

On ne vit qu’une fois. Les courtes années que nous passons sur terre sont trop précieuses pour être gaspillées. L’enjeu pour chacun en est l’éternité.

Jeune homme, jeune fille, n’attends pas pour venir à Jésus le Sauveur: « C’est maintenant le jour du salut » (2e Ép. aux Corinthiens chap. 6 v. 2). « Venez à moi - dit Jésus - vous tous qui vous fatiguez et qui êtes chargés, et moi, je vous donnerai du repos » (Év. selon Matthieu chap. 11 v. 28).