Votre Vie a-t-elle un sens ?

Ma vie a-t-elle un sens ?

« Pourquoi suis-je né ? Je n'ai pas demandé à venir au monde. Quel est le sens de ma vie ? » Ces questions, on a raison de se les poser; la vie est ce que chacun possède de plus précieux et nous n'en avons qu'une seule à vivre. Un élève qui se rend compte que son cahier est mal tenu a la possibilité de s'en procurer un tout neuf et de le recommencer. Notre vie, elle, ne peut être refaite.

Parmi ceux qui se font ces réflexions :

— il y a ceux qui reconnaissent que la vie est courte et cherchent à en tirer tout le plaisir possible. Mais le bonheur que procure celui-ci est bien peu durable. Tout a une fin sur la terre... et après ?

— il y a ceux qui ne vivent que pour amasser de l'argent. Mais après eux, où ira leur fortune ? Même si quelqu'un est riche, a dit Jésus, sa vie n'est pas dans ses biens (Évangile de Luc, ch. 12, v. 15 à 21).

— il y a, hélas, les désespérés qui, de déception en déception, en viennent à s'ôter la vie, faute de lui avoir trouvé un sens.

— il y a heureusement aussi tous ceux dont le but louable est de servir leur prochain, d'être de bons citoyens, de bien élever leur famille...

Mais si pour eux la vie n'a pas de sens, comment en donneraient-ils un à celle des autres ?

Vaine recherche

Le roi Salomon, connu pour sa grande sagesse, a écrit :

Quel profit a l'homme de tout son labeur dont il se tourmente sous le soleil ?... J'ai appliqué mon coeur à rechercher et à explorer par la sagesse tout ce qui se fait sous les cieux... J'ai vu tous les travaux qui se font sous le soleil; et voici, tout est vanité et poursuite du vent.

J'ai appliqué mon coeur à la connaissance de /a sagesse et à la connaissance des choses déraisonnables et de la folie. J'ai connu que cela aussi, c'est la poursuite du vent.

J'ai dit en mon coeur: Allons ! Je t'éprouverai par la joie: jouis donc du bien-être. Et voici, cela aussi est vanité.

J'ai fait de grandes choses: je me suis bâti des maisons, je me suis planté des vignes... Et quoi que mes yeux aient désiré, je ne les en ai point privés; et je n'ai refusé à mon coeur aucune joie... Et je me suis tourné vers toutes les oeuvres que mes mains avaient faites; et voici, tout était vanité et poursuite du vent, et il n'y avait aucun profit sous le soleil.

J'ai haï la vie, parce que l’oeuvre qui se fait sous le soleil m'a été à charge, car tout est vanité et poursuite du vent (Écclésiaste, ch. 1 et 2)

D'où venons-nous ? où allons-nous ?

La science explore l'espace et fait des découvertes prodigieuses. Elle a amené l'homme sur la lune mais elle est incapable de donner la moindre explication sur notre origine et notre destinée. L'homme s'est magnifiquement servi de son intelligence, il a exploré la matière, désintégré l'atome, atteint le cosmos, mais, ramené à sa propre dimension, il ne sait pas encore l'essentiel de ce qu'il devrait savoir. Il ignore sa vraie raison d'être ici-bas et son avenir éternel.

Nous ne savons que trop bien comment se termine l'existence sur la terre. Quelqu'un a écrit : « Pourquoi la vie, puisque la mort sera ? » La mort en face de laquelle tout homme, aussi intelligent qu'il soit se trouve totalement démuni. Et si c'était tout ! Mais il y a ce qui suit la mort ; et l'homme laissé à lui-même, sans le secours d'une révélation divine, n'a pas la moindre idée de ce qui arrivera après ce grand passage.

Dieu répond

À ces questions devant lesquelles l'homme reste sans réponse, quel bonheur! Dieu répond. La Bible nous dit pourquoi nous avons été créés, pourquoi nous sommes sur la terre, pourquoi la mort, et... ce qui la suit.

Dieu a créé l'homme à son image, il l'a placé dans le jardin d'Eden (jardin de délices) où rien ne manquait à son bonheur; il vivait pour son Créateur. Hélas, bientôt il désobéit à Dieu et entraîna dans sa rébellion et dans la mort toute sa descendance. Pécheur, esclave de Satan, tel est devenu l'homme. Dès lors sa vie n'a plus de sens.

Mais Dieu est amour (1 Jean 4 v.8). Il aime sa créature malgré son indignité ; il désire son bonheur. Pour cela il fallait que le péché qui fait séparation entre le Dieu saint et l'homme pécheur soit expié.

Jésus s'est présenté et s'est offert lui-même, permettant à Dieu de pardonner pleinement à quiconque se repent et croit.

Dieu constate son amour à lui envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore pécheurs, Christ est mort pour nous (Romains 5 v.6 et 8).

Ce qui donne un sens à la vie

Le chrétien sait maintenant pourquoi et pour qui il vit, il sait ce qui l'attend après la mort ; celle-ci n'est pour lui que l'entrée dans le repos en attendant la résurrection, pour être toujours avec son Seigneur dans la gloire.

Christ est mort pour tous afin que ceux qui vivent ne vivent plus pour eux-mêmes, mais pour celui qui pour eux est mort et a été ressuscité (2 Corinthiens 5 v.15).

La vie ne vaut-elle pas la peine d'être vécue pour servir et attendre Celui qui nous a tant aimés et qui a tout fait pour que nous ayons la vie éternelle ?