IL Y A UN DIEU

Ladrierre Adrien

L’incrédulité est comme une marée montante qui, peu à peu, tend à tout envahir. Elle n’attaque pas seulement la vérité de la Bible comme parole de Dieu ; elle ne se borne pas, tout en prétendant l’honorer, à vouloir dépouiller Christ de sa gloire, soit divine, soit humaine ; mais elle en est venue à nier les grandes vérités de ce que l’on nomme la religion naturelle, je veux dire l’existence de Dieu, d’un Dieu personnel, et l’immortalité de l’âme, la survivance de l’être humain après la mort.

Ce n’est point chose nouvelle. Dès les temps les plus reculés, il est parlé d’hommes qui disaient dans leur cœur : « Il n’y a pas de Dieu ». Mais ils trouvaient peu d’écho. C’était une pensée à eux qu’ils ne cherchaient pas à répandre ; tandis que de nos jours, il se fait, dans toutes les classes de la société, une propagande active pour détruire, si cela était possible, la croyance en un Être suprême, personnel, Créateur et Dominateur de toutes choses, et pour enlever, en même temps, la foi en la permanence de la vie au delà du tombeau.

L’idée de Dieu, selon ceux qui soutiennent ces thèses, est une création de l’esprit humain. Elle a eu son origine et son développement, et maintenant elle tend à disparaître. Sans nous arrêter à réfuter les prétendues objections et les raisonnements des athées, exposons brièvement quelques preuves de l’existence de Dieu.

Remarquons d’abord que la croyance en une puissance supérieure à l’homme est de tous les temps et de tous les lieux. Si loin que l’on remonte dans l’histoire, en quelque lieu du globe que l’on aille ou que l’on soit allé, on trouve des religions. Or, qui dit religion, suppose un Dieu. L’idée de Dieu peut être faussée, dénaturée, dégénérée même en choses absurdes, mais elle a toujours existé, et elle existe. D’où serait-elle venue, s’il n’y avait pas une réalité qui y correspondît ?

On dira peut-être que les hommes, autrefois, frappés à la vue des forces qui se développent dans la nature, émus à la contemplation des astres, en ont fait des divinités, qu’ensuite ils ont divinisé des hommes remarquables par leur force et leur énergie, ou par les bienfaits qu’ils ont répandus sur leurs semblables, et qu’enfin plus tard, les idées s’épurant, on en est venu à la conception d’un Dieu unique. Le contraire est vrai. L’idée d’un Dieu unique, Créateur et Gouverneur de toutes choses, est une idée primordiale ; l’idolâtrie a surgi plus tard. Les hommes ont perdu l’idée d’un Dieu unique ou n’en ont gardé qu’une conception obscure. Ils ont divinisé les puissances de la nature, ou ont imaginé des êtres semblables à eux-mêmes, sauf qu’ils leur attribuaient une puissance plus grande, et ces divinités sanctionnaient par leur exemple les passions et les convoitises impures du cœur humain.

Que l’on prenne la Bible, sans contredit le plus ancien livre qui existe, du moins dans sa partie la plus considérable. Je n’entre pas dans la question de son inspiration. Je la prends simplement comme un document de la plus haute antiquité. Lisons-en les premières pages. Elle débute ainsi : « Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre », puis tous les chapitres de ce premier livre, la Genèse, comme aussi les livres suivants, nous montrent un Dieu unique, Créateur tout-puissant. Le livre ne démontre pas son existence, il le fait voir agissant et connu de ceux à qui il s’adresse. L’idée de Dieu existait donc alors et non par suite d’un développement. L’idolâtrie, la multiplicité des dieux, est venue après, et loin d’être à l’origine, elle est une dégénérescence de l’idée primitive de Dieu.

D’où vient donc cette idée d’un Dieu unique ? C’est qu’elle est au fond de chacun de nous : Dieu, pour ainsi dire, s’affirme en nous ; Il a mis sa marque, son empreinte sur son ouvrage. Qu’est-Il , ce Dieu que vous niez, qu’est-Il d’après ceux qui croient en Lui ? dirons-nous aux incrédules. Vous êtes obligés de reconnaître qu’Il est un être infini, éternel, tout-puissant, présent partout et connaissant tout. Or, comment une créature finie et bornée comme nous sommes, peut-elle avoir l’idée d’un tel Être, s’Il n’existe pas ? Tout ce qui nous entoure et qui existe a ses limites, et cependant je conçois un Être infini de toutes manières. Ce ne peut être que Lui-même qui se présente à moi dans sa grandeur suprême. Le fait même que l’athée combat son existence et veut en bannir l’idée de son esprit et de celui des autres, prouve que Dieu existe. S’Il n’est pas, pourquoi vouloir le tuer ? N’est-ce pas se battre contre le néant ? Mais Dieu est ; seulement Il vous gêne. Il vous déplaît d’avoir quelqu’un au-dessus de vous qui vous connaît, qui vous contrôle et dont après tout vous dépendez, et c’est pourquoi vous voudriez l’anéantir. Vous dites dans votre cœur : « Il n’y a point de Dieu », et vous vous efforcez de vous le persuader à vous-même et à d’autres ; mais, malgré tout, l’idée de Dieu ne vous quitte pas, parce qu’IL EST.

J’ai dit : « Vous dépendez ». Oui ; vous dépendez d’une cause toute-puissante, non pas aveugle, mais intelligente et sage. Car enfin vous existez et vous ne vous êtes pas fait vous-même ! Et vous n’êtes pas seulement un assemblage d’organes, un composé d’os, de chair, de nerfs, et de sang ; il y a en vous ce qui est « vous », ce qui constitue votre « moi », ce qui est immatériel, et qui, s’il est parfois affecté par votre partie matérielle, en est distinct et en somme lui commande et se sert d’elle. Il y a en vous l’être qui pense, raisonne, réfléchit, se souvient, veut et ne veut pas. Ce composé merveilleux d’un corps et d’une âme qu’est l’homme, un être unique, cet organisme où chaque partie a sa fonction déterminée, ces organes si délicats et si bien appropriés à ce qu’ils doivent accomplir ; cet organisme qui croît et se développe de l’enfance à l’homme fait ; puis l’âme qui se développe aussi avec ses facultés diverses qui en sont comme les organes ; cet esprit qui s’élève, mesure les espaces des cieux, sonde les profondeurs de la terre et s’analyse lui-même ; cette raison, dont vous, incrédules, usez et abusez ; cet être intérieur enfin qui conçoit l’infini, qui, quelque grand que l’on imagine l’espace, quelqu ’étendu qu’on suppose le temps, dit : « Cela n’est pas l’infini », — qui a fait, dites-moi, un tel être, l’homme, soit que vous considériez son corps ou que vous contempliez son âme ?

Sans doute l’homme vient de l’homme, mais qui est-ce qui forme l’enfant dans le sein de sa mère ? « Je te célébrerai de ce que j’ai été fait d’une étrange et admirable manière. Tes œuvres sont merveilleuses et mon âme le sait très bien » (Psaume 139) ; telles sont les paroles de quelqu’un qui reconnaissait Dieu et sa puissance dans la formation de l’homme : ce que d’ailleurs tout esprit sensé et non aveuglé par le préjugé reconnaissait aussi. On parle de lois de la nature, suivant lesquelles l’homme vient de l’homme, l’animal de l’animal, la plante d’une plante semblable à elle ; mais ces lois qui les a établies ? Serait-ce le hasard ? Étrange législateur que cette cause aveugle qu’on nomme le hasard ? Étrange cause que celle qui, inintelligente, forme un être intelligent !

Et d’où vient l’homme ? Il y a eu sans doute un premier homme et une première femme : qui les a formés ? Admettrez-vous l’absurde théorie de l’évolution qui vous fait descendre, non pas seulement d’un singe ou d’un poisson, mais qui vous donne pour ancêtre plus éloigné un vil mollusque, une cellule ? En supposant même vraie une semblable théorie, il faut toujours remonter à la cause suprême qui préside à l’évolution et qui a formé la première cellule ? Mais quel esprit droit et sensé acceptera jamais qu’une agrégation de molécules disposées d’une certaine façon produise la pensée, ou qu’elle provienne d’une agglomération de cellules venant on ne sait d’où, et qui, sous l’effet de forces inconnues, se sont peu à peu transformées en organes et finalement ont formé l’homme ? L’évolution n’est qu’une hypothèse sans fondement, sans vérification possible. Non ; un Dieu tout-puissant et intelligent a fait l’homme à son image, et de là vient l’idée de Dieu imprimée en lui et prouvant l’existence de cet Être suprême. L’homme a pu se dégrader et devenir ce qu’il est, corrompu et méchant ; mais Dieu l’avait fait droit.

Laissant l’homme et les preuves qu’il nous fournit dans son être corporel et spirituel de l’existence de Dieu, tournons nos regards vers le monde extérieur à nous-mêmes. N’y verrons-nous pas Dieu se manifestant dans ses œuvres ? Élevez vos yeux vers le ciel, portez-les autour de vous sur la terre, descendez dans ses profondeurs, n’apercevez-vous pas partout les marques évidentes d’une puissance, d’une intelligence et d’une sagesse supérieures qui ont tout formé et ordonné dans un certain but ? Direz-vous que c’est le hasard ? Alors c’est le hasard qui est Dieu. Il n’est plus une cause aveugle, car une telle cause ne peut rien faire que de désordonné .

Car enfin nous voyons dans le ciel des masses lumineuses dont le plus grand nombre se trouve à des distances de nous presque incommensurables. Qui les a faites, qui les soutient dans leur course invariable ? Qui a fait l’astre du jour pour éclairer et réchauffer la terre sur laquelle, sans lui, rien ne pourrait subsister ? Qui a établi la lune pour rompre par sa clarté la monotone obscurité des nuits ? Il y a plus : ces astres qui peuplent l’espace sont soumis à des lois immuables qui règlent leur cours, lois que l’homme a découvertes et telles que, par l’observation et le calcul, il peut à chaque moment dire la position de tel ou tel astre, et assigner l’époque précise du retour de tel ou tel phénomène. Qui donc a établi ces lois ? Qui a produit la lumière qui émane de tous les corps brillant dans le ciel ? Est-ce le hasard, une cause aveugle ? Cela s’est-il fait seul ? Autant vaudrait dire que c’est le hasard qui a disposé les appareils produisant la lumière électrique, et qui a établi les fils transmetteurs de courant et les poteaux qui soutiennent les fils. Ne rirait-on pas d’un homme qui prétendrait qu’une locomotive s’est formée seule, sans les calculs et les dessins d’un ingénieur, sans les ouvriers qui, d’après ses plans et ses directions, ont forgé l’acier, laminé les tôles, travaillé et découpé les différentes pièces, placé les boulons et tout agencé ? N’estimerait-on pas insensé celui qui dirait que les voies ferrées se sont faites seules, que les rails s’y sont posés d’eux-mêmes avec les aiguilles et tout ce qui constitue le chemin de fer ? Et l’on voudrait que le merveilleux agencement de l’univers n’eût point un Auteur intelligent qui a tout formé, tout pesé, tout arrangé et tout mis en mouvement selon des lois précises et immuables !

Considérez maintenant la terre et la disposition générale des choses à sa surface, direz-vous que tout s’est constitué seul, par je ne sais quelle combinaison de molécules mues par des forces aveugles ? Prenez l’atmosphère qui entoure notre globe. L’air dont elle est formée et que nous respirons est un mélange de deux gaz dont l’un entretient la vie, mais qui seul la détruirait bientôt ; tandis que l’autre, irrespirable seul, tempère la brûlante action du premier. Qui les a mélangés en proportions convenables pour qu’ils servent à la respiration ? Qui maintient ce mélange dans les mêmes proportions ? Par quel mécanisme cela s’opère-t-il et qui l’a établi ? L’atmosphère enveloppe la terre comme une couverture qui laisse passer la chaleur du soleil, mais qui aussi la retient. L’oxygène de l’air vient, par la respiration, dans les poumons où il brûle les débris organiques charriés par le sang. Il se produit ainsi de l’acide carbonique qui, exhalé dans l’air, est absorbé par les plantes qui le décomposent et renvoient l’oxygène. Qui donc a établi ce jeu merveilleux d’absorption et de reconstitution de l’oxygène, de manière à ce que les proportions des deux gaz restent les mêmes ?

Voyez encore le mécanisme admirable par lequel les terres sont arrosées. La vaste étendue des mers fournit sous l’action du soleil et de la chaleur les vapeurs qui s’accumulent dans l’air et forment les nuages. Par l’effet du refroidissement ces vapeurs se condensent et retombent en pluie ou en neige. Les pluies arrosent les terres, et les eaux s’accumulent dans des réservoirs souterrains. La neige, en hiver, couvre aussi la terre et, en fondant, y pénètre et la fertilise. Dans les hautes montagnes elle ne fond jamais entièrement ; mais là se forment aussi des réservoirs d’où sortent les ruisseaux, les rivières et les fleuves qui portent partout la fertilité, puis se rendent à la mer. Qui est-il, l’habile constructeur qui, sans machines, par les moyens les plus simples, a organisé ce vaste appareil ? Est-ce le hasard ?

Quel est l’artisan qui a couvert et orné la terre d’herbes, de plantes et d’arbres dont les espèces se comptent par centaines de milliers ? Chaque espèce a sa semence qui reproduit la même espèce ; toutes ont leur port, leur taille et leur forme spéciales et toujours les mêmes, de sorte que l’œil les distingue aisément. Qui maintient les espèces ? Qui a découpé les feuilles d’une manière si délicate, si diverse, avec des nervures qui en se ramifiant soutiennent le tissu de la feuille ? Qui a formé les fleurs de couleurs et de parfums multiples ? Qui fait porter aux arbres les milliers de fruits d’aspect et de goûts si différents ? Direz-vous encore que c’est le hasard ? Prétendrez-vous que tous ces organismes divers, vivants ou végétants, proviennent d’une cellule, qui s’est développée, et peu à peu, a produit les plantes et les animaux ? Encore faudrait-il dire d’où vient cette cellule, qui lui a donné la puissance vitale pour se développer en formes si variées. D’où vient que cette évolution, ces transformations, ne se produisent plus ? L’évolution n’est qu’une hypothèse et non un fait. Personne ne l’a constatée. Ce qui est un fait placé sous nos yeux, c’est que plantes et animaux existent et se reproduisent sous des lois constantes. Encore une fois, qui les a établies ? Qui veille à leur conservation ? Qui maintient l’univers dans son état de stabilité ? L’intérieur de la terre nous parle aussi d’une puissance et d’une sagesse qui ont tout disposé en vue des besoins de l’homme. Que conclurons-nous de ces faits ? — Qu’il y a un Dieu, un Dieu personnel et Tout-Puissant , une Intelligence suprême, un Créateur du monde matériel et du monde des intelligences desquelles Il est la lumière.

L’athée objecte : « S’il y a un Dieu, il faut qu’Il soit bon ; sans cela, Il ne serait pas Dieu. Comment donc, s’Il existe, se fait-il qu’il y ait sur la terre tant de souffrances, tant d’injustices, tant de mal ? ». Je remarque d’abord que cette objection suppose dans celui qui la fait l’idée de bonté et de mal, de justice et d’injustice, et je demande : Qui l’a mise dans votre esprit ? Vous admettez qu’il y a une règle souveraine du bien et du mal, du juste et de l’injuste ; qui l’a établie ? — La réponse est, et il ne saurait y en avoir une autre : « C’est Celui qui est le souverain bien, la souveraine justice ». Mais, de plus, si l’homme, créature de Dieu, a offensé son Créateur, s’il s’est rebellé contre son autorité, s’il a quitté sa position d’être dépendant, s’il s’est séparé de Celui qui, pour lui, est la seule source de bonheur, faut-il s’étonner que, comme conséquence de sa faute, il soit assujetti au mal et à la souffrance ? Cela infirme-t-il l’existence de Dieu ? Et enfin, si Dieu, dans sa compassion infinie, donne à l’homme coupable un moyen de sortir de sa misère et de recouvrer le bonheur, un bonheur infiniment au-dessus de celui qu’il a perdu, Dieu n’est-il pas justifié ? Sera-ce la faute de Dieu si l’homme ne l’accepte pas ? Pourra-t-on encore faire de l’existence du mal une preuve contre l’existence de Dieu ? Ainsi se trouve écartée l’objection.

Mais l’incrédule continue : « Montrez-moi Dieu, et je croirai en Lui ». Dieu est esprit ; Il n’est pas visible aux yeux de la chair ; l’esprit seul peut le saisir quand Il se révèle. Ne s’est-Il pas révélé dans ses œuvres ? Nous l’avons démontré. Ai-je besoin de voir l’horloger pour être sûr que la montre que je tiens dans ma main a été fabriquée par lui ? De l’œuvre je conclus à l’existence de l’ouvrier sans avoir besoin de le voir.

Mais Dieu n’a pas démontré son existence seulement par ses œuvres. Il est venu Lui-même ici-bas ; Celui qui a fait les mondes s’est manifesté aux hommes. Et si vous avez les yeux de l’esprit pour voir, un cœur pour apprécier moralement les choses, vous reconnaîtrez que Dieu est apparu sur la terre, et que le fait de son existence ici-bas pendant un temps est aussi certain que le fait qu’un Alexandre, un César ou tel grand homme a existé. Et de même que ceux-ci ont montré leur génie par des œuvres, hélas ! trop souvent de carnage et de sang, Dieu s’est fait connaître, homme parmi les hommes, par sa puissance et par sa bonté suprêmes. Celui dont je parle, vous l’avez nommé, c’est le Christ, Jésus de Nazareth. Ce nom fait sourire l’incrédule ; il relègue Christ et ses œuvres dans la région des mythes ; ou s’il reconnaît son existence, il n’est pour lui qu’un homme. Mais il ne fait ainsi que prouver son ignorance. L’existence de Christ est un fait aussi avéré que celle des hommes qui gouvernaient le monde de son temps. L’authenticité des récits qui nous racontent son histoire ne peut être mise en doute, et l’existence de l’Église chrétienne peu après le temps où Christ vivait, est aussi une preuve que Christ n’est pas un mythe. Or, les évangiles nous disent les œuvres de puissance que Christ opérait par sa Parole et qu’un pouvoir surnaturel seul pouvait accomplir, œuvres de grâce et de bonté toujours. Ils nous présentent sa vie pure et sainte, digne d’un Dieu, et nous rapportent ses enseignements empreints d’amour et de lumière divine, de paix et de miséricorde, en même temps que de justice. Ils nous le font voir dévoilant les secrets des cœurs ; jugeant le mal, mais accueillant tous les misérables, les cœurs brisés et affligés, les pécheurs repentants auxquels, comme Dieu, Il pardonnait les péchés. Il annonçait un Dieu saint et juste. Il était ce Dieu, mais aussi un Dieu d’amour donnant la paix ici-bas, promettant après cette vie un bonheur parfait dans une région meilleure. Que les incrédules prennent les évangiles, qu’ils les lisent sans prévention, et une lumière d’en haut éclairera leur âme, les obligeant à confesser qu’il y a un Dieu, et qu’Il s’est révélé en Christ. Il y a là quelqu’un qui révèle les secrets du cœur, les besoins profonds de l’âme et qui y répond ; quel autre serait-ce que Dieu ? Croyez-vous qu’en niant Dieu, vous assuriez le bonheur des hommes ? Plus de Dieu, plus de Christ, plus de consolation, plus d’espérance. Je sais que ce n’est pas là un raisonnement logique. Mais le besoin intense et toujours inassouvi de bonheur qui est dans le cœur de l’homme ne prouve-t-il pas qu’il est fait pour trouver ce bonheur et en jouir ? Et, qui peut répondre à ce besoin, à ce soupir poussé vers l’infini ? — Dieu seul, Dieu qui existe, Dieu qui nous a faits pour lui-même.